a

 

 

 

 

 

 

 

Budapest

 


Le terme pochette-surprise m'a paru bien adapté à la situation en Hongrie et dans sa capitale Budapest car sous des allures tranquilles, le pays grogne mais aussi innove. C'est là le paradoxe que je vous propose de découvrir.

 

Ci-contre le festival du vin à Budapest le dimanche 11 septembre 2011, une manifestation très cool où vous pouvez goûter des dizaines de vins. Ne dit-on pas : in vino veritas?



 


 

Deux poblèmes pratiquement insolubles

Au début des années 80, époque encore sereine et de qualité, les jardins du château de Versailles étaient gratuits ce qui permettait à quiconque de se promener jusqu’au village de la Reine en passant par le petit Trianon. Vous pouviez lire gravé dans la pierre de ce bâtiment : "Éljen a nagy Magyarország" c’est-à-dire "Vive la grande Hongrie", ces mots faisant référence au démantèlement de l’Autriche-Hongrie suite au traité de paix de Trianon du 4 juin 1920.
La Hongrie perd 72% de sa superficie (passant de 325 411 km² à 92 962 km²), le découpage faisant fi de l’origine des peuples et de leur langue. Cette blessure doublée d’une humiliation ne s’est jamais refermée.

Après la chute du mur, le libéralisme sauvage a laissé beaucoup de gens au bord de la route et principalement les gens peu qualifiés alors que de l'autre côté certains privilégiés ont bénéficié d'une aide internationale sous forme de subventions diverses. Un climat de désenchantement, lié à ces injustices, s'est donc instauré réduisant à néant tout espoir de reprise de l'économie.

 


 

Szentendre


L'autorisation d'exercer une activité commerciale à titre privé existait bien avant la chute du mur mais les bénéficiaires étaient soumis à des contraintes. Par exemple un hôtel privé ne pouvait pas avoir plus de 10 chambres.


Ci-contre le pittoresque restaurant Rab Ráby à Szentendre, déjà privé en 1982.



 


 

metro

Une pub bien étrange (affichée en mai 2013 dans le métro) :
Köztünk élnek. Ismered őket? Ils vivent parmi nous. Les connais-tu?
Találkozz azokkal akik Magyarországot választották otthonuknak! Rencontre ceux qui ont choisi la Hongrie comme résidence
Choisir la Hongrie pour son smic à moins de 300 euros, son chômage, ses nombreux logements délabrés, ses soins médicaux inquiétants, ses avantages sociaux dérisoires et sa langue compliquée ferait plutôt sourire.
L'économie de la Hongrie se dessèche, les boutiques faisant de la figuration ne se comptent plus. La communauté chinoise commence à quitter le pays malgré ses investissements (Asia Center). Seuls les couples avec des enfants scolarisés restent encore pour l'instant.
À la vérité tous les Hongrois aiment leur pays mais veulent le quitter pour cause de salaires trop faibles. Vous allez mieux comprendre en cliquant sur l'onglet prix de ce site.

 


 

Des erreurs déjà vues ailleurs

En 2005 des banques installées en Hongrie ont naïvement proposé à leurs clients des prêts en devises (CHF, EUR et JPY) pour qu'ils bénéficient de taux plus favorables (jusqu'à 6% de différence) sauf que si les taux sont différents ce n'est pas par hasard. Ces "banquiers" n'avaient sûrement jamais entendu parler de la volatilité d'une devise et donc du risque de change. Or le risque de change n'a jamais été un problème: il suffit de se couvrir par du change à terme ou, depuis 1985, par des options de change. Les stratégies par ailleurs sont nombreuses : straddle, strangle, butterfly, collar, etc...
L'acheteur d'une option s'octroie un droit contre versement d'une prime. Quel droit? Un droit d'acheter (call) ou vendre (put) un sous-jacent (underlying : devises, titres, indices, matières premières, etc...) à un prix convenu (strike) à une échéance (maturity) convenue (option européenne et asiatique) ou une période (de la date de valeur à la maturité) convenue (option américaine). Ce droit sera bien évidemment exercé si l'option est dans la monnaie (in the money) et non en dehors de la monnaie (out of the money) car il s'agit d'un droit et non d'une obligation.
Pour ne rien perdre sur le change les bénéficiaires de prêts en EUR, CHF ou JPY devaient acheter des calls EUR/HUF, CHF/HUF ou JPY/HUF avec des strikes au même prix qu'à la mise en place de leur prêt (pour rembourser le même capital) sauf que les primes auraient peut-être "mangé" tout leur gain sur les taux. En clair des calculs sérieux s'imposaient avant toute décision.

 


 

La disparition de la compagnie aérienne Malév

Aujourd'hui la Hongrie est un des seuls pays au monde a ne plus avoir de compagnie aérienne nationale. Pourquoi? Parce qu'en février 2007, privatisation oblige, le russe Air Bridge rachète pour 800 000 euros la compagnie Malév qui a déjà 130 millions d'euros de dettes.
En 2010 la compagnie, qui accuse un endettement de 259 millions d’euros, est renationalisée mais trop tard. En janvier 2012 Bruxelles exige le remboursement des 200 millions d’aide octroyés par le gouvernement hongrois entre 2007 et 2010 ou la liquidation de la compagnie. La cessation brusque d’activité de Malév a lieu le 3 février 2012 mais cela couvait depuis plusieurs années, les changements successifs de locaux de la compagnie Malév à Paris en disant long sur l’état de l’entreprise après sa prestigieuse présence rue de la Paix et rue Auber.

 


 

Comment se rendre à Budapest

Par avion (temps de vol entre 1h45 et 2h15 selon itinéraire) : consultez les sites Air France et Budapest Airport.
Par train (temps minimal 13h42) : consultez le site SNCF et MAV. C'est plus onéreux que par avion et pas pratique même si en 25 ans la durée du trajet est passée de 21h15 (sans changement) à 13h42 (avec 2 changements, Stuttgart et Munich).
Par la route (environ 1550 kms de Paris) : notez la gratuité des autoroutes en Allemagne. Deux jours de trajet avec halte à Salzbourg (environ 1000 kms de Paris). La distance Salzbourg Budapest via Vienne est de 550 kms.

 


 

Une mondialisation qui détruit le tourisme

Qui vient en Hongrie pour manger au McDonald ou acheter du Camaïeu, H&M, Mango, etc... fabriqué au Bangladesh par des gens payés 28 euros par mois? Pas grand monde. Le touriste recherche le dépaysement et l'authentique. En 2012, 200 restaurants hongrois ont dû fermer faute de clients. Le plus drôle c'est que ces entreprises mondialisées s'effondrent elles aussi pour une raison simple : moins de touristes c'est moins de recettes mais également moins d'emplois et moins de pouvoir d'achat pour les Hongrois. Heureusement qui peut le plus peut le moins, cette mondialisation à outrance finit par se saborder elle-même et finilament être favorable à la floraison de nouvelles entreprises locales dans des domaines très divers.

 


 

L'influence française en Hongrie au Moyen Âge

fin de l'an 1000
Le pape Sylvestre II, connu sous le nom de Gerbert d'Aurillac (948 à Saint-Simon, Cantal, France - 12 mai 1003 à Rome, Italie), envoie une couronne destinée au couronnement du premier roi chrétien de Hongrie, le roi Étienne. Le symbole majeur de l'histoire hongroise émane donc d'un français.
La chrétienté s'étend. Au seuil de la première croisade (1096 - 1099) elle ressemble à cela.

1172
Le roi Béla III (1148 - 1196) prend pour première épouse la française Agnès de Châtillon avec qui il aura quatre enfants.

1186
Le roi Béla III (1148 - 1196) prend pour seconde épouse la française Marguerite de France (fille du roi Louis VII de France et Constance de Castille). Elle est la demi-soeur du roi Philippe II Auguste (fils du roi louis VII de France et Adèle de Champagne).

1198
Les troubadours Gaucelm Faidit (né à Uzerche, Corrèze, France en 1166) et Peire Vidal (né à Toulouse, Haute-Garonne, France en 1162) accompagnent à Esztergom Constance, fille d"Alfons II d'Aragon, pour son mariage avec le roi Imre (1174 - 1204). Ils resteront plusieurs années à la cour hongroise, probablement quatre ou cinq ans, jusqu'à la quatrième croisade (1202 -1204) à laquelle ils participeront.

1215
Le frère du roi Imre, André II (1176 -1235) devenu roi en 1205 à Székesfehérvar, prend pour seconde épouse une française, Yolande de Courtenay (1196 - 1233).

1290 à 1386
La dynastie d'Anjou règne sur la Hongrie et ce, suite au mariage de Charles II d'Anjou avec Marie de Hongrie, soeur et héritière du roi Ladislas IV.

 


 

La Pannonie en France

Pannonie, vient du romain Pannonia, terme désignant la Hongrie. Or bizarrement ce nom existe en France, dans le Lot, près de Gramat. Dans un autre de mes sites (allatok vilagnapja), j'ai essayé de démontrer le lien entre Pannonhalma (Hongrie), Aubazine et La Pannonie.
Outre La Pannonie il y a encore une autre coïncidence dans la région : la rivière Vézère qui rencontre la Corrèze à Brive donc passe près d'Aubazine. Ce nom Vézère pourrait venir de l'occitan "vezer" (voir) ce qui serait logique mais aussi du hongrois "vezér" (chef, leader, mentor, guide, meneur, ...) ou plus troublant encore de "víz" (eau) et "erre" (par là, sur ce, de ce côté-ci, ...)

 

la pannonie

Le château de La Pannonie

 

la pannonie

Chapelle du château de La Pannonie

 

la pannonie

Cette route pittoresque conduit à la belle cité de Rocamadour (7 kms)

 


 

Le potentiel hongrois

De tout temps l'activité culturelle a été le reflet exact de la vitalité économique d'un pays et c'est bien là le mystère hongrois. En creusant vous vous apercevez que la production musicale hongroise est une des plus dynamiques d'Europe alors que l'économie stagne, régresse même, comme si quelque chose bloquait.
Pour corroborer ces dires ce site met en exergue la production musicale hongroise, un sujet jamais traité par les nombreux sites consacrés à Budapest et la Hongrie.

 


 

La retraite en Hongrie, 40 annuités

Le système est aussi simple qu'un forfait Free. Il n'y a pas d'âge légal de départ à la retraite, il faut quarante annuités c'est tout. Ceux et celles ne pouvant les avoir pourront quand même partir à 64 ans (bientôt 65 ans). Dans ce cas pour obtenir une pension il faudra avoir travaillé au moins dix ans sinon c'est rien du tout. Toutefois cette simplicité semble avoir vécue, des réformes aux calculs complexes sont en cours.
Le montant des pensions est fonction du nombre d'années d'assurance. Une personne ayant cotisé le nombre d'années requis touchera 88% de la moyenne de ses salaires d'actif. En 2015 la moyenne officielle est d'environ 400 euros avec un maximum limité à 2800 euros et un minimum à 100 euros (30000 forints).

 


 

Les impôts directs en Hongrie, 16% maximum

Au niveau fiscalité la Hongrie est bien placée en Europe en 2013.

 


 

Eger

 

 


La richesse de la gastronomie hongroise ne vous sera jamais pleinement révélée dans les restaurants. C'est fort dommage. La France connait le même problème car les vraies recettes traditionnelles prennent souvent trop de temps pour être compatiibles avec la rentabilité.


Ci-contre (au centre) le restaurant Senátor à Eger.


NoSalty.hu (facebook), une incitation à la gourmandise.



 

 

 


 

Szentendre

 


Le réseau de bus Volánbusz est très dense et efficace même si certains matériels commencent à dater.


Ci-contre la station de bus de Szentendre située juste derrière la gare.
À un autre endroit de cette commune vous pouvez rejoindre Budapest par bateau, un trajet particulièrement agréable en été.



 


 

Gratuité des transports sur tout le territoire hongrois pour les 65 ans et plus

Si vous êtes un ressortissant de la Communauté Européenne vous avez les mêmes droits que les autochtones. Cela veut dire que si vous êtes un Français ou une Française de 65 ans ou plus vous devrez vous munir d'une carte d'identité en permanence pour prouver votre âge afin de ne rien payer dans les transports de Budapest ou ceux de tout le territoire hongrois; une bonne nouvelle pour les touristes retraités. Quant aux retraités de moins de 65 ans, rien de précis pour les ressortissants de la Communauté Européenne. Par contre les citoyens hongrois, eux, ont droit à 16 voyages par an à -50% plus 2 voyages à -90% sur tout le territoire et des cartes mensuelles de transport urbain à environ -70%.
Les adversaires de l'actuel gouvernement cherchent à abolir cet avantage en voulant le soumettre au vote du Parlement. Ces prétendus démocrates qui fustigent le peuple et les touristes, ça fait désordre. L'Estonie, pays d'avant-garde, fait encore plus fort que la Hongrie puisqu'à Tallinn, jolie ville médiévale que je connais bien, les transports en commun sont gratuits pour tout le monde; voilà une mesure écologique intelligente.

 


 

Une vision de moins en moins politique au profit d'une gestion rationnelle

Cette attitude du gouvernement hongrois déplaît fortement à Bruxelles qui n'a pas compris que cette tendance d'abandon de la politique commence à germer dans toute l'Europe. Bruxelles est "dans les choux", si j'ose dire. Loin des escarmouches politicardes aux accents surannés, le gouvernement hongrois travaille et ça se voit. Depuis quelques années l'aspect de Budapest s'améliore avec de nombreux travaux de rénovation très bien pensés (efficacité et esthétsme à coût modéré gages d'une bonne gestion). La conséquence immédiate est l'augmentation de la fréquentation touristique (+19% en 2015) avec une manne de devises à la clé.

 


 

Vienne (Wien), la ville jumelle de Budapest

Il est amusant de constater que depuis 2014 Vienne copie Budapest en rénovant de nombreux monuments et créant des voies piétonnes. La course au tourisme bat son plein sauf que Vienne a une activité commerciale très supérieure à Budapest et ce, pour de multiples raisons, mais surtout parce que le made in Austria et le made in Germany sont des géants face au made in Hungary.

 

w

La gare de l'ouest (Westbahnhof) avec le train "railjet" qui reliait Vienne à Budapest (Keleti pályaudvar) en 3 heures 9 fois par jour. Depuis le 13 décembre 2015 tout a changé;

 

wien

La gare centrale (Hauptbahnhof) où arrivent maintenant 12 fois par jour les trains de Budapest et ce, plus rapidement (158mn au lieu de 182mn). Ici passe la ligne de métro U1.

 

w

Le centre commercial Gerngross (Mariahilfer staße 42-48) non loin du grand magasin Müller (Mariahilfer staße 97), deux endroits, entre autres, pour trouver de la musique

 

w

Museumsplatz en travaux

 

w

Segafredo (Graben 29)

 


 

Bratislava (Pozsony en hongrois) capitale de la Hongrie entre 1536 et 1784

Cette cité déjà liée au royaume de Hongrie en l'an 1000 comptait en 1910 38% d'Allemands, 37% de Hongrois, 13% de Slovaques, 10% de Juifs et 2% de Croates, Serbes et autres. Bratislava a des atouts mal mis en valeur pour attirer les touristes, d'autant qu'ici c'est l'euro qui est utilisé. De Budapest (gare Keleti) il faut 2h42 pour aller à Bratislava (gare centrale c'est-à-dire hlavná stanica ou hl. st.). Il y a huit trains par jour, le premier part à 5h25 du matin et va jusqu'à Hambourg via Prague et Berlin.
Ici le shopping est moins conséquent que chez ses voisines Vienne, Prague et Budapest bien que certains malls présentent un intérêt comme Aupark par exemple. Pour écouter de la musique slovaque vous pouvez cliquer sur cette playlist.

 

Bratislava

Hlavné námestie (place principale du vieux Bratislava)

 

Bratislava

Une des 4 tours du château de Bratislava (remarquez la symbolique de la tour carrée surmontée d'une octogonale à l'instar de la tour César à Provins, abbaye d'Aubazine, etc...)

 

Bratislava

Le haut de cette boule laisse apparaître un logo, celui de la Société Générale. En effet KB, qui signifie Komerčni Banka, n'est autre qu'une filiale à 60% de la Société Générale.

 

Bratislava

Františkánska ulica

 

b

Superbe porte sculptée d'un bâtiment datant du 17ème siècle (Františkánska ulica)

 


 

Prague (Praha), un joyau baroque à 525 kms de Budapest (environ 7 heures par route ou rail)

À l'instar de Budapest, Prague est la ville idéale pour un long week-end à condition toutefois que le temps s'y prête car elle perd beaucoup de son éclat sous la pluie. Les nombreuses tavernes du quartier historique et aussi les commerces notamment des rues Na Přikopĕ, 28 října et Národní auront de quoi vous occuper. Peut-être même irez-vous à un concert de jazz, de rock, de musique classique; en cliquant sur le mot playlist vous aurez un petit aperçu de la production musicale tchèque.

 

prague

 

 

prague

 

 

prague

 

 

prague

(le pont Charles)

 

prague

(le pont Charles)

 

prague

 

 

prague

Malostranské námĕstí (la place du Petit Côté)

 


 

Budapest et ses voisines plus ou moins éloignées

Lorsque le nom hongrois est mentionné cela veut dire que ces villes ont appartenu au royaume de Hongrie.

 

Ville
Nom hongrois
Pays
Distance de Budapest par la route
       
Graz   Autriche 398 km
Vienne   Autriche 243 km
Osijek Eszék Croatie 265 km
Split   Croatie 750 km
Zagreb Zágráb Croatie 345 km
Cracovie   Pologne 395 km
Zakopane   Pologne 320 km
Brno   République tchèque 325 km
České Budĕjovice   République tchèque 436 km
Prague   République tchèque 528 km
Telč   République tchèque 441 km
Banská Bystrica Besztercebánya Slovaquie 181 km
Bratislava Pozsony Slovaquie 201 km
Košice Kassa Slovaquie 260 km
Poprad Poprád Slovaquie 254 km
Ljubljana   Slovénie 462 km
Maribor   Slovénie 339 km
Baia Mare Nagybánya Roumanie 394 km
Brașov Brassó Roumanie 681 km
Cluj-Napoca Kolozsvár Roumanie 466 km
Oradea Nagyvárad Roumanie 308 km
Satu Mare Szatmárnémeti Roumanie 334 km
Sibiu Nagyszeben Roumanie 541 km
Sighetu Marmației Máramarossziget Roumanie 439 km
Târgu mureș Marosvásárhely Roumanie 563 km
Timișoara Temesvár Roumanie 314 km
Novi Sad Újvidék Serbie 296 km
Berehove Beregszász Ukraine 315 km
Khust Huszt Ukraine 366 km
Mukachevo Munkács Ukraine 345 km
Uzhhorod Ungvár Ukraine 329 km
Vynohradiv Nagyszőlős Ukraine 341 km

 

 


 

Des retraités d'Europe de l'ouest attirés par la Hongrie

Après l'engouement du Maroc et de la Tunisie aujourd'hui incertains, voire du Portugal fiscalement intéressant ou de l'Espagne avec son immobilier en chute libre voici que certains retraités, en quête de pouvoir d'achat, lorgnent maintenant sur la Hongrie et la République tchèque (à moins de 2 heures d'avion).
Sauf que la Hongrie n'a pas vraiment étudié le problème. Cela supposerait que le gouvernement hongrois construise de petits immeubles de 2 étages, par exemple, dont les appartements seraient à acquérir ou à louer par des ressortissants d'origine linguistique plus ou moins identique afin que chacun ne se sente pas trop isolé dans un premier temps par la langue..
L'offre immobilière est très importante à Budapest mais le nombre d'appartements valables (qualité de la construction, luminosité, équipement, agencement, propreté, proximité des transports, etc...) est finalement assez faible. Le prix de référence est 400 000 HUF du m² soit 65 000 EUR pour un 50 m². Il y a pas mal de petites résidences neuves souvent éloignées des zones commerciales et pas toujours au top au niveau isolation phonique. Les locations, elles, tournent autour de 8 EUR du m² soit 400 EUR par mois pour un 50 m². Ces prix concernent surtout Budapest. C'est moins cher en province. Szentendre, Eger, Pécs ou Kőszeg peuvent être de bonnes alternatives.
Autre problème : Budapest a besoin d'un centre hospitalier international de haut niveau car jusqu'à maintenant seules de petites structures privées comblent ce manque. Il est vrai qu'un tel projet serait très coûteux mais empêcherait peut-être les médecins hongrois de quitter leur pays pour cause de salaire trop faible.
Enfin un autre besoin se profile : les personnes âgées avec aide médicalisée. Les maisons de retraite médicalisées pratiquent des prix insensés en Allemagne et France notamment. Les prix oscillent généralement entre 2300 EUR et 4600 EUR par mois alors que la moyenne des pensions est de 1700 EUR. En Hongrie c'est 1100 EUR par mois donc inaccessible aux Hongrois mais accessible aux Allemands et Français. Là encore un filon à exploiter qui a deux avantages : alléger les charges de la sécurité sociale et donner du travail aux Hongrois.
Les déplorables zones en friche derrière le mall Duna Plaza (desservi par le métro M3 et des bus) pourraient être réhabilitées avec un projet sobre et esthétique entouré de verdure pour répondre aux attentes ci-dessus. L'aménagement paysager des bords du Danube à cet endroit serait également un plus.

 


 

La Hongrie, elle aussi, en proie aux affres d'une immigration organisée

Les partis extrêmistes hongrois ont maintenant du grain à moudre à cause d'une monumentale bourde de Bruxelles : l'indemnisation des migrants. En effet ces gens perçoivent 4300 HUF par jour et par personne soit une fois et demi le salaire minimum hongrois ce qui a rendu fou les autochtones. Cela signifie aussi qu'aucun ne voudra travailler pour gagner moins qu'en étant indemnisé. Donc ça chauffe chez les Magyars au point que je me demande si cela ne va pas provoquer un conflit, prétexte à récupérer des territoires perdus en 1920. Nous avons déjà vu le cas avec la Crimée récupérée en douceur suite, là encore, à une bourde des amis de Bruxelles voulant imposer la langue ukrainienne à des russophones. Une erreur de gamin!

 


 

Budapest ville thermale

De nombreux bains s'éparpillent dans la ville surtout côté Buda. Outre l'époque romaine (Óbuda), les premiers bains datent du 12ème siècle comme Szent Lukács gyógyfürdő remanié de multiples fois. Lors de l'occupation ottomane (1541-1699) sont construits Király gyógyfürdő (1565) et Rudas gyógyfürdő (1550). Les autres bains datent de la fin du 19ème siècle / début du 20ème siècle comme Széchenyi gyógyfürdő (1913) ou encore Szent Gellért gyógyfürdő (1918). Dans l'île Marguerite (Margit-sziget) vous trouverez deux endroits pour vous détendre : un classe (Danubius) et un plus populaire dont la réouverture après rénovation est prévue pour début 2017 (Palatinus).

 


 

La Hongrie seul pays au monde à être entouré de ses propres ressortissants

Conséquence du traité de Trianon du 4 juin 1920 le royaume de Hongrie, démantelé et rétréci des 2/3, s'est retrouvé entouré de 7 pays (Ukraine, Roumanie, Serbie, Croatie, Slovénie, Autriche et Slovaquie) parlant le hongrois puisque subitement peuplés partiellement de Hongrois. Cette situation est unique au monde et a été une des causes de la deuxième guerre mondiale. À cela s'ajoute la mémoire de l'occupation de l'Empire ottoman entre 1541 et 1699 puis de la domination russe (20 août 1949 - 23 octobre 1989). Cela fait beaucoup. Il est normal que la Hongrie aspire à sa souveraineté et ne soit pas encore une fois tributaire d'autrui. Certains et certaines semblent confondre le vrai sens du mot démocratie (du grec dêmos peuple et kratos pouvoir, autorité) avec celui du mot ploutocratie (du grec ploutos richesse et kratos pouvoir). Aujourd'hui la grande majorité des ploutocrates se croient démocrates. Quelle imposture car la ploutocratie est une dictature déguisée, celle de l'argent!

 


 

Les communications téléphoniques vers la Hongrie gratuites à certaines heures

L'abonnement internet Orange inclus la gratuité des appels sur mobile vers certains pays dont la Hongrie. Idem si vous possédez un mobile à recharge Orange, les appels de la France vers la Hongrie sont gratuits entre 21h et minuit. Ceci est très pratique car ça vous évite d'utiliser un téléphone fixe via la connexion internet. Depuis le 18 mai 2017 les forfaits sans engagement Sosh permettent de téléphoner en illimité dans toute la Communauté Européenne ce qui rend absolument caduque toutes les options précédentes. Enfin une décision intelligente de la part d'Orange!

 


 

Calcul du coût d'un paiement par carte bleue

Ce n'est pas parce que la Hongrie est dans la Communauté Européenne qu'il n'y a pas de frais bancaires lors d'un paiement par carte bleue et ce, pour une raison très simple : la devise n'est pas l'euro mais le forint. Pour ne pas payer de frais bancaires il faut aller dans un pays qui utilise l'euro comme l'Autriche, la Slovaquie ou la Slovénie, pour parler des pays voisins. Lors d'un réglement par carte bleue le taux de change appliqué sera le fixing (c'est-à-dire le cours moyen entre les achats et les ventes). Une fois la conversion faite en euro avec ce cours, il sera ajouté 1 euro de frais par transaction + 2.70% de frais sur le montant converti en euro.
Par exemple si vous réglez un montant de 24000 HUF alors que le fixing est à 300 vous serez débité sur votre compte courant de 80 EUR (24000 / 300) + 3.16 EUR (1 EUR + 80 x 2.70 / 100 EUR). Du coup vous allez vous apercevoir que le bon taux de change du départ est beaucoup moins extraordinaire au final. Dans le cas présent ça vous met le taux de change à 288.60 au lieu de 300. Donc il peut être judicieux de changer ses euros dans de petits bureaux de change à condition de bien connaître le cours réel évidemment. Sur internet vous pouvez consulter, entre autres, les pages de yahoo finance, boursorama ou encore celle du convertisseur universel concernant l'EUR/HUF.

 


 

p
Budapest in 4K
Budapest (visite)
Budapest (histoire)
Budapest (week-end)
Budapest (walking tour)
Budapest (Rick Steves Europe)
Little secrets of Budapest
Budapest, ville lumière
Budapest en lumière naturelle
Le petit train des enfants
Fogaskerekű Vasút
Le tram 61
Les trams 2 - 19 - 41 - 47 - 49
Métro ligne M2
Métro : anciennes et nouvelles rames
Métro : terminus place Örs Vezér
   

 


 

p
Maps of hungarian history
History of Hungary
Hungarian language
Le Danube à Zebegény et Szob
Gyula
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


 

 

 

 

précédentaccueilsuivant